Le congé pathologique : qu’est-ce que c’est ?

Toutes les grossesses sont différentes. Certaines se passeront très bien du début à la fin. Et d’autres peuvent se compliquer à certains moments. C’est pourquoi le congé pathologique peut être prescrit aux mamans en ayant besoin. Il vous faudra pour cela vous faire examiner par votre médecin traitant.

Qu’est-ce que le congé pathologique ?

Le congé pathologique prénatal ne peut-être prescrit que par le médecin traitant ou le gynécologue. Si ceux estiment que la grossesse est à risque, ils peuvent prescrire un congé pathologique. En règle général, les grossesses à risques comprennent : les grossesses à risque d’accouchement prématuré, l’hypertension artérielle, le diabète ou une fatigue importante. Il est également très souvent prescrit si vous attendez des jumeaux ou plus.

Cela si doit être pris avant la date prévue de l’accouchement. Il peut être prescrit dès la déclaration de la grossesse. Etant un arrêt de travail, il implique que la future maman soit en repos strict au domicile.

Comment se passe le congé pathologique ?

La durée

Le congé pathologique est de 14 jours, consécutifs ou non. Celui-ci s’ajoute au congé prénatal auquel vous avez droit. Il doit être pris avant les six semaines de congé maternité ou huit semaines si vous êtes déjà maman de deux enfants.

L’indemnisation

L’indemnisation est gérée par la sécurité sociale. Les indemnités journalières sont calculées de la même façon que celles versées durant le congé maternité. Celles-ci sont calculées en fonction du salaire perçu lors des 3 derniers mois auquel est retiré 21% de part salariale de cotisations. Actuellement, l’indemnisation journalière est au minimum de 9,29€ et au maximum 84,90€. De plus, lors de ce congé pathologique, vous êtes détentrice d’une protection absolue contre tout licenciement.

femme enceinte fatiguée congé pathologique

Qu’est-ce que le congé pathologique postnatal ?

Après l’accouchement, un congé pathologique postnatal peut vous êtres attribué. Cela peut être le cas si il y a eu des complications lors de la naissance de l’enfant ou un peu plus tard. Il peut s’agir de complications en lien avec une césarienne, de dépression postnatale ou encore si votre enfant nécessite une hospitalisation. Ce congé pathologique est également accordé par le médecin traitant.

Il doit obligatoirement être pris à la suite du congé maternité car c’est un prolongement de celui-ci. Et il est d’une durée maximale de 28 jours. Il également considéré comme un arrêt maladie, vous devez donc respecter un repos à domicile.

Dans ce cas, vous pouvez également décaler le congé paternité afin que votre conjoint soit présent au domicile avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *