Quand parle-t-on de bébé prématuré ?

Il peut arriver qu’une grossesse n’arrive pas à terme, c’est d’ailleurs plutôt courant. Mais certains accouchements ont lieu très en avance et donnent naissance à de petits bébés prématurés. C’est une des grandes craintes pour les parents car ces bébés sont extrêmement fragiles. La naissance d’un bébé prématuré n’est pas ce que l’on espère vivre en tant que parents. Dans tous les cas, un bébé prématuré aura besoin de soins intensifs lors d’une hospitalisation.

Les différents types de prématurité

La prématurité spontanée

Cette prématurité est souvent la conséquence d’une rupture prématurée des membranes. Cela peut également être suite à un travail prématuré et spontané.

La prématurité induite

Dans cette situation, c’est l’équipe obstétricale qui décide de provoquer l’accouchement. Cela peut s’expliquer dans un contexte d’hypertension artérielle sévère, d’hémorragie maternelle ou de retard de croissance grave. Cette prématurité induite représente 45% des accouchements avant les 33 semaines d’aménorrhée révolue.

Les différents niveaux de prématurité

La prématurité moyenne

Dans cette catégorie, on retrouve les bébés nés entre la 32e et la 36e semaine d’aménorrhée révolue. Lorsqu’il naît avant la 35e semaine, le bébé doit être transféré avec sa maman dans une maternité de type II. Ces maternités ont une unité de néonatalogie permettant d’apporter au bébé les soins dont il a besoin. Une surveillance importante est également mise en place.

En règle générale, il est plus fragile mais est capable de vivre sans assistance particulière. Il présente tout de même une immaturité respiratoire qui est à surveiller. Il se fatigue plus rapidement qu’un nouveau né arrivé à terme.

La grande prématurité

Il s’agit des bébés nés entre la 28e et la 32e semaine. Il est d’emblée soigné dans une unité de réanimation néonatale.

Ces bébés ne contrôlent pas correctement leur respiration, ils ont souvent besoin d’oxygène pour les aider à respirer. Il doit être en couveuse pour l’aider à réguler sans température. Il a également besoin d’aide pour s’alimenter. Une sonde est souvent placée jusqu’à son estomac pour le nourrir.

bébé prématuré

La très grande prématurité

Ces bébés sont nés avant la 28e semaine d’aménorrhée révolue (autrement dit, avant 6 mois de grossesse).S’ils sont nés entre la 22e et la 25e semaine, ils sont à la limite de la viabilité. Il pourra souffrir de graves séquelles en grandissant. Ils ont un poids de naissance le plus souvent inférieur à 1 kg.

Ces bébés ne savent pas respirer et se nourrir seuls. Ils sont donc placés en couveuse, sous respirateur et avec une sonde d’alimentation. Ils sont également besoin de plusieurs médicaments pour les aider à poursuivre leur croissance et lutter contre les infections. Ces bébés ont plus de risques de connaitre des complications et des problèmes de santé.

Sachez qu’il vous est possible de demander un congé pathologie pour les mamans ainsi que de modifier les conditions du congé de paternité et d’accueil de l’enfant pour les papas.

L’accouchement prématuré vu par les parents

L’accouchement et la naissance d’un enfant est un moment rêvé par les parents durant de longs mois. Alors lorsque celui-ci ne se passe pas comme prévu, c’est difficile de l’accepter. Voir que tout se passe de façon compliqué peut provoquer un stress important chez les jeunes parents. La naissance d’un bébé prématuré peut être un choc pour les parents.

Certaines jeunes mamans se sentent coupables de la situation. Ayant portées ce bébé pendant plusieurs mois, il peut arriver qu’elles se demandent ce qu’elles ont mal fait. Elles se sentent responsables de ce qui arrive. D’autres parents ont des difficultés à accepter ce bébé, qui physiquement est différent de celui dont il avait parlé pendant des mois.

La grossesse parfaite qu’ils espéraient n’aura été qu’un rêve et il faudra un certain temps aux parents pour en faire le deuil.

L’immaturité : la conséquence principale de la prématurité

Lorsqu’un enfant né avant terme, cela interrompt son développement in utero. Cela signifie donc que ses organes sont présents mais n’ont pas terminé leur croissance. Cela concerne principalement quatre organes vitaux : les poumons, le cerveau, le tube digestif et le canal artériel.

L’immaturité pulmonaire

Les poumons des prématurés ne produisent pas le surfactant qui est une substance qui tapisse la surface des alvéoles pulmonaires. C’est grâce à cette substances que les bébés nés prématurément ont des difficultés respiratoires. Il est possible de leur administrer cette substance par sonde d’intubation. Mais ils auront également besoin d’une assistance respiratoire pour pallier à cette immaturité pulmonaire.

Malheureusement, dans certains cas, cela provoque également des complications. La ventilation mécanique couplée à une immaturité pulmonaire peut entraîner une inflammation et une hyperréactivité bronchique. Cela provoque une pathologie pulmonaire appelée dysplasie broncho-pulmonaire. C’est la cause principale de morbidité chez les bébés prématurés.

L’immaturité du système nerveux central

Les étapes de développement les plus importantes du système nerveux central ont lieu entre la 24e et la 32e semaine de gestation. Cela signifie donc qu’une grossesse interrompue avant cela ne permet pas une maturation complète et un développement cérébral optimal.

Chez les enfants prématurés, on réalise une surveillance accrue par imagerie et par électroencéphalogramme pour dépister d’éventuelles anomalies cérébrales.

L’immaturité digestive

Pour une naissance ayant eu lieu avant la 34e semaine, l’alimentation des bébés doit exclusivement se faire par voie entérale. En effet, ils n’ont pas encore acquis le réflexe de succion et n’ont pas encore la capacité de coordonner la respiration et la déglutition. Le plus souvent on conseille d’utiliser le lait maternel pour alimenter le bébé car celui-ci contient tous les nutriments nécessaires. Il peut également provenir d’un lactarium et être enrichi si besoin.

Il est possible que cette immaturité digestive se complique en une entérocolite ulcéro-nécrosante. C’est une maladie rare mais qui peut être mortelle. Dans ce cas, le tube digestif se détruit petit à petit. 2% des grands prématurés en sont atteints.

L’immaturité cardiaque

Le système cardiaque n’a pas non plus atteint sa pleine maturité. C’est pourquoi le contrôle du rythme cardiaque est difficile pour les bébés prématurés. Ils sont alors très sensibles à toutes variations (reflux gastrique, manque d’oxygène, pause respiratoire…).

De plus, chez le fœtus, il existe un canal qui laisse communiquer l’aorte et l’artère pulmonaire dans le ventre de la mère. A la naissance, ce calcul s’obstrue naturellement à la naissance. Chez les bébés nés prématurément, cela met beaucoup plus de temps ce qui peut provoquer un reflux de sang vers les poumons. Dans ce cas, un traitement est administré au bébé pour que le canal se referme rapidement.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *