Les répulsifs anti-moustiques pour bébés, lesquels faut-il utiliser ?

Les bébés sont une des proies préférées des moustiques et il est normal que nous nous préoccupions de la manière de les protéger des piqûres de ces insectes indésirables. C’est particulièrement vrai en été, lorsque la combinaison de l’humidité et de la chaleur favorise la prolifération des moustiques. Qu’est-ce qui est le plus efficace ? Quels produits faut-il utiliser ?

Les piqûres de moustiques sont plus fréquentes en été et nous y sommes tous exposés. Que ce soit pour les adultes, les enfants ou les bébés, c’est toujours très désagréable de se faire piquer par des moustiques. Il existe de nombreux types de répulsifs. Mais tous ne conviennent pas pour les jeunes enfants ou les bébés.

Tout d’abord, il convient de préciser que les répulsifs pour insectes empêchent les piqûres d’insectes piqueurs (moustiques, tiques, puces et mouches) mais pas celles d’insectes urticants (abeilles, frelons et guêpes).  Les répulsifs pour insectes sont vendus sous différentes formes : sprays, vaporisateurs, liquides, crèmes et barres… De plus, certains répulsifs sont fabriqués avec des produits chimiques, d’autres contiennent des ingrédients naturels… Compte tenu de cette diversité, quels insectifuges faut-il utiliser pour un bébé ? Et à partir de quel âge ?

Quels sont les différents types d’insectifuges pour les enfants ?

Les répulsifs sont des substances qui, lorsqu’elles sont appliquées sur la peau et/ou les vêtements ou autres tissus (tentes…), interfèrent avec les récepteurs chimiques des insectes. Cela les empêchant de fixer l’endroit exact de la peau où ils vont piquer. Disons que le moustique ne détecte plus correctement « l’odeur » des humains ou ne sait plus où se trouve l’endroit où ils doivent se poser pour piquer. Ces produits ne fonctionnent que lorsque le moustique est à courte distance de sa cible.

Nous pouvons différencier les types d’insectifuges suivants, pour les moustiques, les mouches, les puces et les tiques, selon leur composant principal ou leur ingrédient actif :

Les répulsifs chimiques au DEET

Le N,N-Diethyl-meta-toluamide, connu sous le nom de DEET, est l’ingrédient le plus courant des répulsifs pour insectes. Ils sont disponibles sous forme de lotions, de crèmes et de sprays. Toutefois, il convient de prendre des précautions lorsqu’on l’utilise avec des enfants. Il est considéré comme la meilleure défense contre les insectes piqueurs.

Il est à appliquer sur la peau ou sur les vêtements. La protection dure de deux à cinq heures, en fonction de la concentration de DEET dans le produit (deux heures pour une concentration de 10%, cinq heures pour une concentration de 24% ; une concentration supérieure à 30% n’offre pas une plus grande efficacité ou protection). Il est recommandé de ne pas utiliser de répulsifs contenant plus de 30% de DEET chez les enfants. Ces insectifuges ne sont pas non plus recommandés pour les enfants de moins de deux mois.

L’Icaridine ou picaridine

Ce composé s’est avéré aussi efficace que le DEET et sans l’irritation associée à ce dernier. La protection varie de trois à huit heures, selon sa concentration. Il est considéré comme un produit sûr si les recommandations d’utilisation sont suivies. Elle n’est pas recommandée pour les enfants de moins de deux mois.

Les répulsifs aux huiles essentielles de plantes

Il s’agit la plupart du temps d’huiles essentielles de citronnelle, de cèdre, d’eucalyptus ou de soja. Les Centres de contrôle et de prévention des maladies ont constaté que ces huiles sont aussi efficaces que le DEET ou l’icaridine dans les répulsifs contenant 2 % d’huiles d’eucalyptus, de citronnelle ou de soja. Cependant, le temps de protection est inférieur à deux heures : ils doivent être remplacés très souvent. Les réactions allergiques sont rares. Leur utilisation n’est pas recommandé chez les bébés de moins de deux mois. Le citridiol ou l’eucalyptus citriodora est déconseillé chez les enfants de moins de deux ans. Ils peuvent provoquer une irritation des yeux. Pour les bébés de deux mois à un an et présentant un faible risque de piqûres, la citronnelle est généralement recommandée. Son temps d’action est moins élevé que dans d’autres produits

Les répulsifs chimiques à la perméthrine

La perméthrine ou pyréthrine est un produit chimique synthétique utilisé dans le monde entier comme insecticide et acaricide, ainsi que comme répulsif contre les insectes, les moustiques et les poux. Ils ne doivent pas être appliqués sur la peau, mais seulement sur les vêtements (et le produit reste même après le lavage). Contrairement à l’icaridine et aux huiles végétales, il a été démontré qu’il est efficace pour tuer les tiques au contact. Elle n’est pas recommandée pour les enfants de moins de deux mois.

Quand faut-il utiliser un répulsif ?

C’est le bon sens qui doit marquer nos actions avec des répulsifs. Vous n’avez pas vu de moustiques ou subi de piqûres dans votre ville ou votre lieu de vacances ? Il n’y a pas de risque particulier ? Pourquoi barbouiller le bébé ou l’enfant avec des produits ? C’est différent si nous allons sous les tropiques, ou si nous faisons de la randonnée, ou encore si nous avons déjà vu des moustiques dans les environs. Mais bien souvent, les mesures de protection peuvent suffire.

En bref, aucun produit n’est recommandé pour repousser les moustiques chez les bébés de moins de deux mois. Selon le type de répulsif, ils peuvent être utilisés de deux à six mois, un an ou deux ans, mais dans des concentrations appropriées (format familial ou enfant) et en suivant toujours le mode d’emploi. D’autre part, il existe différents types d’insecticides, destinés à tuer les insectes et non à interférer avec leur comportement, à les repousser, à les éloigner ou à les éviter comme répulsifs. La plupart des insecticides utilisent des pyréthrinoïdes comme ingrédient actif, des composés synthétiques qui imitent les pyréthrines naturelles et agissent sur le système nerveux des insectes, les tuant.

Il n’est pas recommandé d’utiliser des pulvérisateurs d’insecticide dans les pièces fermées avec des enfants ou à proximité de ceux-ci. Les insecticides avec diffuseur répandent continuellement des insecticides et n’ont pas de toxicité à court terme. Les diffuseurs avec liquide se sont avérés un peu plus efficaces que les comprimés. Toutefois, il est préférable que les chambres ouvertes soient celles où un bébé dort.

Quels sont les répulsifs anti-insectes inefficaces ?

L’Académie américaine de pédiatrie souligne les points suivants comme étant des répulsifs inefficaces :

  • Les bracelets contenant des répulsifs chimiques comme le DEET ou des essences naturelles comme la citronnelle, le géraniol, la lavande. Ces bracelets anti-moustiques peuvent également contenir des mélanges des deux. En tout cas, leur efficacité réelle contre les moustiques est très faible, car les répulsifs doivent être appliqués sur toute la surface de la peau pour être efficaces. Selon les preuves scientifiques, les répulsifs ne fonctionnent pas à plus de quatre centimètres du point d’application. Dans cette même section et pour les mêmes raisons, nous pourrions placer les patchs anti-moustiques.
  • L’ail ou vitamine B1 pris par voie orale.
  • Les appareils à ultrasons qui émettent des ondes sonores destinées à éloigner les insectes. Les dispositifs anti-moustiques à ultrasons ont été étudiés à plusieurs reprises et aucune conclusion n’a été tirée pour prouver leurs effets positifs.
  • Les maisons d’oiseaux ou de chauves-souris dans le but d’attirer ces animaux qui se nourrissent d’insectes.
  • Les appareils de jardin qui « électrocutent » les insectes (en fait, ils peuvent attirer les insectes dans le jardin).
  • Les dispositifs basés sur la lumière pour attirer les moustiques sont également inefficaces. La lumière ultraviolette attire les mouches et les mites, mais pas les moustiques. Les ampoules jaunes ont un effet sur certains insectes volants, mais pas sur les moustiques.

Contrairement à tout « remède maison » ou « tour de magie » contre ces insectes, il faut tenir compte du fait que les moustiques sont attirés par la chaleur et les substances libérées par la peau et le CO2 de la respiration.

Comment utiliser les répulsifs de façon sûre pour toute la famille ?

  • Lisez attentivement et suivez le mode d’emploi, la notice ou la fiche technique de tout produit répulsif acheté.
  • N’appliquez jamais de répulsif pour insectes sur les enfants de moins de deux mois.
  • Appliquez un insectifuge uniquement sur l’extérieur des vêtements de votre enfant et sur la peau exposée.
  • Ne pas inhaler les répulsifs (s’ils sont pulvérisés, ils doivent être utilisés à l’extérieur). Ne les dirigez pas vers le visage : appliquez-les sur les mains, puis étalez-les sur le visage.
  • Évitez les yeux et les muqueuses, comme la bouche des enfants, et utilisez-les avec modération autour des oreilles.
  • Ne le mettez pas sur les mains des bébés, car ils le mettent souvent dans leur bouche.
  • Utilisez juste la bonne quantité de répulsif pour couvrir les vêtements de votre enfant et sa peau exposée. Plus répulsif ne le rend pas plus efficace. Ne mettez pas de répulsif sous les vêtements de votre enfant.
  • Évitez de réappliquer du répulsif, sauf si cela s’avère nécessaire.
  • Aidez les jeunes enfants à appliquer l’insectifuge, ne les laissez jamais faire seuls et surveillez les enfants plus âgés lorsqu’ils utilisent ces produits.
  • Lavez la peau de votre enfant à l’eau et au savon afin d’éliminer tout répulsif laissé derrière vous lorsque vous retournez à l’intérieur, et lavez les vêtements de votre enfant avant de les utiliser à nouveau.
  • Il n’est pas recommandé d’utiliser un écran solaire et un répulsif dans le même produit, car les répulsifs n’ont généralement pas besoin d’être appliqués aussi souvent que les protecteurs. Ensuite, un excès de composants répulsifs serait appliqué à l’enfant.
  • Vous pouvez utiliser un écran solaire et un insectifuge en même temps, dans des produits séparés, en suivant les instructions d’application de chaque produit. En général, il convient d’utiliser d’abord la crème solaire, puis le répulsif, car la crème solaire peut contenir des substances qui attirent certains insectes.
  • Ne pas pulvériser d’insectifuge sur les coupures, les blessures ou la peau irritée.
  • Appliquez un peu de produit sur une petite surface de la peau pour voir s’il ne provoque pas de réaction. Si vous pensez que votre enfant a une réaction, par exemple une éruption cutanée, à un insectifuge, arrêtez d’utiliser le produit et lavez sa peau à l’eau et au savon. Appelez les services d’urgence si nécessaire, ou prenez rendez-vous chez votre médecin traitant avec le contenant de répulsif.
  • N’utilisez pas d’eau de Cologne ou de savon à l’odeur douce avec des parfums ou des laques pour les cheveux, car ils peuvent attirer les insectes.
  • Si vous vous rendez dans des lieux à risque, dans un pays tropical ou dans une région où il y a beaucoup de moustiques, le répulsif est indispensable. Vous devez consulter les recommandations officielles à ce sujet (vous devez tenir compte des zones de transmission des maladies par les insectes). Ce n’est pas la même chose d’aller à Londres que d’aller dans la forêt amazonienne.

D’autres méthodes contre les moustiques

Nous pouvons prendre d’autres précautions pour protéger les enfants des piqûres de moustiques :

  • Porter des vêtements appropriés qui couvrent le bébé (coton, couleurs claires…), des manches longues, des pantalons longs. Attention aux pieds : vous pouvez porter des chaussettes fines.
  • Utiliser des moustiquaires sur les fenêtres de la maison à l’heure du coucher, un ciel de lit pour le lit ou le berceau.
  • Comme indiqué ci-dessus, les moustiquaires électriques sont efficaces à la maison, la nuit et lorsque les portes de la pièce sont ouvertes. Faites attention à débrancher ces appareils, car ils chauffent et le bébé pourrait s’y brûler.
  • La climatisation empêche généralement les moustiques de s’approcher, ainsi que l’air des ventilateurs, mais ces mesures ne sont pas totalement efficaces.
  • Une bonne hygiène corporelle permet de ne pas attirer davantage les moustiques, car la transpiration et les odeurs fortes peuvent également les séduire.
  • Éviter de laisser des zones ou des récipients contenant de l’eau stagnante (ou pouvant être remplis d’eau) à la maison, dans le jardin…
  • Garder la piscine couverte en hiver et correctement chlorée.
  • Garder les fontaines ou les étangs propres. Si des poissons sont présents, les larves de moustiques ne prolifèrent pas.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *