Grossesse nerveuse : une grossesse sans bébé

De nombreuses femmes ont un jour ressenti des symptômes qui pouvaient s’apparenter à une grossesse. Lorsque l’on accumule un retard de règles avec des nausées ou de la fatigue, on pense rapidement à une possible grossesse. Le plus souvent les symptômes diminuent lorsque la grossesse n’est pas réelle. Mais il peut arriver que ceux-ci s’intensifient et que la femme devient persuadée qu’un fœtus grandit dans son ventre. C’est à ce moment que l’on parle de grossesse nerveuse. Vous pourriez également en entendre parler sous les termes de grossesse fantôme ou de pseudocyesis.

Qu’est-ce qu’une grossesse nerveuse ?

Pour l’expliquer très simplement, une grossesse nerveuse est une grossesse où il n’y a pas de bébé. Il s’agit d’un trouble psychologique ou les femmes sont persuadés qu’elles sont porteuses d’un embryon. Mais en réalité, il n’y a pas eu de fécondation. Contrairement aux femmes faisant un déni de grossesse, où la femme ne perçoit pas les symptômes de la grossesse, une grossesse nerveuse lui donnera les symptômes d’une vraie grossesse. La femme faisant une grossesse nerveuse pourra ressentir des symptômes absolument identiques à ceux ressentis par les femmes ayant une grossesse normale en cours. Ses symptômes peuvent aller de l’absence de règles, aux nausées matinales, aux troubles digestifs, aux vertiges, à la prise de poids, aux seins douloureux, aux troubles du sommeil… Bref, tout vous laisse croire que vous êtes enceinte. A ce jour, on estime que cela concerne environ 1 à 6 femmes sur 22 000.

Quels sont les symptômes ?

Comme dit précédemment, la femme qui fait une grossesse nerveuse pourra vivre tous les signes d’une grossesse réelle.

On estime que dans 60 à 90 % des cas, les femmes prennent du poids et voient leur ventre commencer à gonfler. Il peut même arriver que la prise de ventre soit tellement importante que l’on penserai qu’elle est enceinte de plusieurs mois.

Dans environ 50 à 90 % des cas, il y a un arrêt des menstruations. Il peut même arriver que certaines femmes aient la sensation de percevoir les mouvements du fœtus qu’elles imaginent. Certaines peuvent même aller jusqu’à ressentir des contractions.

Quelles en sont les causes ?

Un désir ou une peur de tomber enceinte

Il peut arriver que les femmes ayant un très fort désir d’enfant fassent une grossesse nerveuse. Inconsciemment, elles essaient de forcer la nature a leur donner ce qu’elles souhaitent le plus au monde. C’est ainsi qu’elles vont se convaincre d’être vraiment enceinte. Et c’est de là que les symptômes de la grossesse vont apparaître.

Dans d’autres cas, c’est la peur de tomber enceinte qui va être à l’origine de la grossesse nerveuse. Cette peur est parfois tellement forte qu’elle engendre des angoisses et une nervosité importante. Cela peut concerner aussi bien une jeune fille qu’une femme d’un âge plus avancé. Toutefois, grâce aux contraceptions efficaces qu’ils existent aujourd’hui, cette situation est de moins en moins courante.

Un épisode traumatique ou un stress important

Dans certaines situations, on remarque qu’une grossesse nerveuse peut-être en lien avec un choc émotionnel majeur. Le corps réagi à un traumatisme vécu en provoquant une grossesse nerveuse. Le plus souvent cela a un lien très proche avec une éventuelle ou ancienne grossesse : une grossesse extra-utérine, une IVG, des fausses couches à répétition, une séparation du papa, le décès du conjoint…

Un dérèglement hormonal

Ces symptômes peuvent également survenir à cause d’un dérèglement hormonal ou d’un dysfonctionnement des ovaires. En effet, ce sont les hormones qui gèrent les cycles hormonaux : l’apparition des règles, l’ovulation… Ces hormones sont sécrétés par l’hypothalamus qui est une glande qui se trouve dans le cerveau. En cas de stress important, ces hormones peuvent ne plus être sécrétées et provoquer une perturbation hormonale. C’est pour cette raison que les principaux symptômes de la grossesse apparaissent en cas de grossesse nerveuse.

Comment est posé le diagnostic ?

Ce diagnostic est très simple et rapide à poser. En effet, il suffira de montrer à la femme qu’elle n’est pas réellement enceinte. Pour cela, on lui conseillera de faire un test de grossesse, éventuellement une prise de sang pour doser l’hormone HCG. Ces examens seront négatifs et la grossesse nerveuse est donc confirmée. Dans certains cas, il est nécessaire de réaliser également une échographie pour montrer qu’il n’y a pas de fœtus.

Quelle est la prise en charge d’une grossesse nerveuse ?

Une grossesse nerveuse est un trouble psychique, ce qui signifie qu’une prise en charge psychologique sera nécessaire. Il n’existe pas de traitement médicamenteux. Bien qu’une fois le diagnostic posé, la grossesse imaginaire disparaît, il est important de comprendre le pourquoi. Débuter une thérapie permettra de comprendre pourquoi cette femme a été persuadé d’être enceinte et de les accompagner. Car cette situation est un bouleversement total qui pourrait provoquer une très grande souffrance si elle n’est pas prise en charge. On conseille le plus souvent une approche multidisciplinaire avec le médecin traitant, le gynécologue traitant et un psychiatre ou psychologue. Enfin, le soutien des proches, que ce soit la famille ou les amis, est très important en cas de grossesse nerveuse. Ces femmes ont besoin de beaucoup d’écoute et de présence durant les semaines qui suivent le diagnostic.

Et la grossesse nerveuse chez les hommes ?

Bien que cela soit plus fréquent chez les femmes, il peut aussi arriver que les hommes fassent des grossesse nerveuses. On parlera alors plutôt de couvade. Tout comme les femmes faisant une grossesse nerveuse, l’homme présente les symptômes d’une grossesse classique : prise de poids principalement au niveau du ventre, nausées voir vomissements, hausse ou perte d’appétit, sautes d’humeur… Ces cas arrivent le plus souvent lorsque leur femme est enceinte et en est au premier trimestre. Par la suite, les symptômes peuvent tout aussi bien diminuer ou s’intensifier au fil de la grossesse. Dans tous les cas, ils disparaissent après la naissance de l’enfant.

Les causes de ces couvades sont multiples et plutôt floues. En effet, ce sont uniquement des causes psychologiques. Cela peut s’expliquer par un besoin de la part du futur papa de partager pleinement la grossesse avec la future maman. Cela peut également être une crainte importante du papa de ne pas être à la hauteur, de ne pas se sentir prêt à assumer ce bébé. Ou encore, cela peut trouver son origine dans des traumatismes d’enfance ou dans des troubles identitaires.

N’hésitez pas à en parler à votre femme et votre médecin généraliste si vous êtes dans cette situation. Le plus souvent le fait d’en parler et de rationaliser la situation suffisent à atténuer et faire disparaître les symptômes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *