Mon enfant est timide, dois-je m’inquiéter ?

Votre enfant est timide et ne se fait pas facilement des amis. Faut-il s’inquiéter ? Si la timidité dans l’enfance est très courante, elle peut aussi inquiéter de nombreux parents. Et plus particulierement ceux qui accordent une grande importance à la sociabilité. Certains enfants deviennent timides à cause d’expériences de vie difficiles, mais la plupart naissent ainsi.

Pour certains jeunes enfants, les situations et interactions sociales peuvent être effrayantes. Lorsqu’ils entrent en contact avec de nouveaux enfants, ils se sentent rarement à l’aise. Généralement, ils ne veulent pas ou ne peuvent pas faire la première approche, préférant abandonner une amitié possible plutôt que d’approcher l’inconnu. Certains de ces enfants timides peuvent avoir des problèmes émotionnels, mais ils constituent une minorité. En fait, ils sont simplement repliés sur eux-mêmes et plus lents à s’adapter aux nouvelles situations.

La timidité qui handicape

Dans certains cas, la timidité peut être handicapante. Les enfants extrêmement timides ne s’adaptent souvent pas aussi bien que leurs camarades de classe et dans la cour de récréation. Plus ce schéma se prolonge, plus il est difficile pour l’enfant de changer. La timidité peut conduire à éviter délibérément les environnements sociaux et provoquer le retrait. Il devient finalement impossible pour l’enfant de fonctionner socialement comme un adulte. Si la timidité de votre enfant devient handicapante, elle peut être causée par un trouble de l’anxiété. Auquel cas une évaluation par un professionnel de la santé mentale pour enfants serait utile.

L’importance du temps d’adaptation

Cependant, la plupart des enfants timides ont de bonnes relations et s’adaptent bien dans le cadre social une fois qu’ils ont traversé une période initiale d’adaptation. Les enfants qui ont des difficultés à établir et à maintenir des relations même après la période « brise-glace » (prise d’initiative) méritent plus d’attention. Avec le temps, de nombreux enfants timides (et peut-être la plupart) apprennent à surmonter leur timidité. Ils se comportent de manière à ne pas être ouvertement timides ou réticents, même s’ils se sentent encore timides à l’intérieur. Les parents peuvent guider subtilement leurs enfants dans des situations sociales où ils peuvent apprendre à interagir avec succès. De cette façon, l’enfant se trouvera de moins en moins en difficultés.

Les enfants rejetés

La plupart des enfants veulent que les autres les aiment, même si certains sont plus lents à apprendre à se faire des amis. D’autres peuvent avoir besoin de compagnie, mais peuvent être exclus d’un groupe et être taquinés pour leur façon de s’habiller, pour leur mauvaise hygiène personnelle, pour leur obésité ou même pour leur trouble de la parole. Les enfants sont souvent rejetés par leurs pairs s’ils affichent un comportement nuisible ou agressif. Il y a d’autres enfants qui approchent un groupe ou un autre de manière, mais qui ne sont jamais vraiment pris en compte. Ces enfants qui sont ignorés ont tendance à passer la plupart de leur temps seuls.

Les enfants rejetés sont ceux qui se sentent constamment mal accueillis. Ils ont tendance à être agressifs ou ennuyeux et très sensibles aux taquineries. Ils peuvent être des brutes et enfreindre les règles, ou ils peuvent être tellement peu sûrs d’eux qu’ils encouragent le rejet par les autres. Ils peuvent également être rejetés en raison de leur impulsivité et de leur comportement perturbateur. Certains d’entre eux peuvent souffrir de troubles de l’attention ou d’hyperactivité.

Les enfants ignorés

Les enfants ignorés (négligés), en revanche, ne sont pas rejetés ou ouvertement moqués, mais sont souvent ignorés. Ils ne sont pas invités à des fêtes et sont les derniers à être choisis pour former une équipe. Ces enfants peuvent être perçus comme étant seuls, mais ils peuvent être passifs et détester leur solitude. D’autres, en fait, peuvent préférer être seuls. Ce dernier groupe d’enfants peut être respecté et admiré par les autres. Mais ils se sentent simplement plus à l’aise pour faire des choses seul ou passer du temps avec ses parents, ses frères et sœurs, d’autres adultes ou même des animaux domestiques. Ils peuvent également manquer de compétences sociales et de confiance en soi pour s’aventurer dans des environnements sociaux, souvent en raison de leurs expériences sociales limitées. Ou bien ils peuvent être plus timides, silencieux et réservés que leurs pairs.

Comment aider les aider à vaincre cette timidité ?

La réussite des interactions avec les pairs exige un éventail de compétences et des formes d’interaction particulières. Les parents doivent rechercher ces compétences chez leurs enfants, les aider à les développer et leur donner l’exemple.

Aidez votre enfant à faire face à l’échec, la frustration mais aussi au succès. Accompagnez-le lorsqu’il y a des changements et des transitions. Soutenez-le lorsqu’il subit le rejet ou des moqueries de ses camarades. Apprenez-lui à demander pardon, à s’excuser lorsqu’il le faut. Aidez-le à connaitre ses émotions et à bien gérer sa colère. Sensibilisez-le à l’humour et l’autodérision. Sollicitez-le à vous parler et à vous faire confiance. Confiez-lui des secrets et apprenez-le à les garder. Rendez-le acteur de ses relations sociales. Poussez-le à aider les autres, à les réconforter. Toutes ces petites choses auront pour effet de développer son intérêt pour les autres et donc que les autres s’intéressent à lui également.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *